AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
BIENVENUE SUR AMORTENTIA nous espérons que vous vous plairez en notre compagnie - n'hésitez pas à mpotter un membre du staff si vous êtes perdu(e) Si vous souhaitez donner un petit coup de pouce au forum, ça serait adorable de laisser un message trop chou dans notre pub bazzart ! Bonne journée les loulous

Partagez|

briseander + this isn’t happily ever after. it’s so much more than that.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Noah Oswald
IT'S DRIVING ME CRAZY
avatar
IT'S DRIVING ME CRAZY




Feuille de personnage
ϟ RELATIONS :
ϟ PENSINE :
MessageSujet: briseander + this isn’t happily ever after. it’s so much more than that. Mer 27 Aoû - 16:54

they all think i have it all. i've nothing without you.
all my dreams and all the lights mean nothing without you.

C'était avec lassitude et amertume qu'Aleksander s'était rendu en urgence sur un champ de bataille. Il avait l'habitude et n'avait pas été étonné d'y être envoyé mais tout avait changé depuis qu'il avait fait Briséis dans sa vie. Il n'aurait jamais cru qu'elle la changerait ainsi. Il voyait tout d'un oeil différent et se retrouvait totalement changé. Il n'était plus l'homme de fer. Cet homme était mort depuis qu'il avait osé poser ses lèvres sur celles de la française. Un geste impulsif qu'il avait répété encore et encore. Aleksander ne pouvait pas passer une journée sans voir sa belle et être ainsi éloigné d'elle et du manoir l'inquiétait et le rongeait. Elle lui manquait et il ne pensait qu'à elle, tout le temps. Les stratégies et les duels auxquels il se livrait avec l'ennemi se passaient moins bien qu'avant. Il avait la tête ailleurs et cela s'en ressentait un peu. Lui ne pensait qu'à partir et retrouver la jeune femme. Souhait qui fut exaucé au bout d'une semaine. Un laps de temps infiniment long pour le norvégien qui rêvait de la caresse des lèvres de Briséis, de son toucher et du timbre de sa voix. Toutes sortes de détails qui l'avaient fait tenir durant son déplacement. Tout aurait pu être parfait si il n'avait pas été touché alors qu'ils allaient bientôt partir. Ne désirant pas attarder sa troupe plus longtemps, il avait refusé de se faire soigner et examiné en prétextant qu'il sera bien mieux pris en charge à Durmstrang. Un mensonge puisqu'il comptait bien aller rejoindre Briséis une fois arrivé. Grimaçant durant tout le trajet à cause de la douleur qui l'opprimait, il ignora les coups d'oeil inquiets successifs d'Alexei à son égard. Tentant de rester impassible, il se contenta de serrer la mâchoire. Il n'avait pas eu le temps d'examiner ses blessures mais il savait qu'elles pourraient devenir sérieuses si il ne se faisait pas soigner à temps. Marchant d'un pas lent comme si il portait tout le poids du monde sur ses épaules, il se rendit directement vers ses anciens appartements. En temps normal, il se serait rendu directement au bureau de sa mère afin de faire un rapport mais son état ne le permettait pas. Alexei en était suffisamment conscient pour qu'il aille l'excuser auprès de la grande Freya Romanov. Prenant un temps fou à monter les marches une par une, il parvint devant la fameuse porte en bois en poussant un soupire de soulagement. Soupire qu'il regretta aussitôt puisqu'il réveilla aussitôt la douleur. Aleksander ne voulait pas inquiéter Briséis mais il devait s'allonger et très vite. Actionnant le mécanisme de la porte, il entra et fut surpris d'y découvrir une ambiance feutrée et tamisée. Des bougies étaient dispersées un peu partout et cette vision lui rappela un agréable moment qu'il avait partagé avec la française. Devinant très vite que cette dernière se trouvait dans la salle de bain, il ne trouva pas le courage et la force d'y aller. La fatigue et la douleur venaient à bout de toute sa volonté. Il savait de toute façon qu'elle n'allait pas tarder à le rejoindre. Ôtant difficilement le reste de son armure qu'il laissa tomber dans un coin de la pièce, il s'approcha du lit assez lentement. Passant son bras valide sous sa chemise, il la déchira à moitié afin de ne pas faire l'effort de la passer au dessus de sa tête. Voyant à peine les traces violettes et bleues recouvrant son torse, il se laissa tomber avec soulagement sur le matelas recouvert de draps et couvertures multiples. Les yeux clos, il inspira laborieusement avant de passer une main inquisitrice sur ses côtés. Il avait juré en entendre une se briser sous le choc d'un sort. Trouvant rapidement la cause de sa douleur thoracique, il soupira en pensant au temps qu'il faudra pour que cela guérisse. Or du temps, il n'en avait pas. Briséis lui avait manqué et se retrouver dans cet état pitoyable à son retour le mettait hors de lui. La respiration saccadée, il essayait de rester immobile afin de ne pas souffrir davantage. Silencieux, ses paupières s'ouvrirent à moitié en entendant une personne s'approcher de lui. Ne distinguant pas vraiment les traits de son visage, il sut immédiatement qu'il s'agissait de la jeune femme. « Briséis. » murmura-t-il, comme si il voulait être sûr que c'était elle. Il s'en voulait de lui paraître si faible et misérable alors qu'elle n'avait connu qu'une seule facette de sa personne jusqu'à présent. Fermant les yeux à nouveau, il grimaça en prenant une grande respiration. « Je suis désolé de revenir comme ça. Je ne m'attendais pas à être blessé. » souffla-t-il, exténué d'avoir tant parlé. Remué d'être en compagnie de la jeune femme après tout ce temps, c'est à peine si il pouvait entendre sa réponse. Figé, son coeur était serré à l'idée de ne pas pouvoir l'étreindre davantage.

_________________
found myself at your door
just like all those times before ✻ i'm not sure how i got there. all roads, they lead me here. i imagine you are home. in your room, all alone and you open your eyes into mine and everything feels better. right before your eyes i'm breaking. no past. no reasons why. just you and me. this is the last time i'm asking you this. put my name at the top of your list. this is the last time i'm asking you why. you break my heart in the blink of an eye. (necho)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo Laertiadis
YOU'RE LOSING YOU MEMORY NOW
avatar
YOU'RE LOSING YOU MEMORY NOW




Feuille de personnage
ϟ RELATIONS :
ϟ PENSINE :
MessageSujet: Re: briseander + this isn’t happily ever after. it’s so much more than that. Mer 27 Aoû - 17:06

love will find a way
There is never a time or place for true love. It happens accidentally, in a heartbeat, in a single flashing, throbbing moment. BRISEANDER, chapitre II



Elle avait détesté Aleksander pour partir sur le champ de batailles et la laisser seule derrière lui mais elle avait encore plus détesté ceux et celles osant l'arracher à elle. Une semaine. Une semaine à tourner en rond comme un fauve en cage et à s'enfuir de temps à autres de sa chambre pour tenter d'écouter en douce les échanges des élèves de Durmstrang pour savoir où pouvait bien se trouver son aimé. Elle s’inquiétait énormément, Briséis. Elle n'aimait pas le savoir loin d'elle, à la portée des coups et des sortilèges qui pourraient avoir raison de lui. Elle avait besoin de le retrouver, de le sentir près d'elle et en elle, de reformer ce tout qu'ils étaient devenus désormais. Triste comme une pierre, c'était pour tenter de retrouver un peu de la magie qu'ils avaient connu cette fameuse nuit qu'elle avait allumée quelques bougies dans la chambre et la salle de bain. Elle se disait qu'en se glissant dans un bain bouillant et en fermant les yeux, elle aurait la sensation qu'Aleksander n'était pas bien loin et qu'il n'allait pas tarder à la rejoindre dans l'eau. Elle pourrait alors se blottir contre lui et absolument tout serait parfait entre eux. Elle avait agrémenté l'eau de quelques potions faisant naître des bulles et une douce odeur parfumée et c'est en soupirant d'aise qu'elle se glissa dans la baignoire, ses yeux se fermant d'eux-mêmes sous le plaisir que cela lui procurait. Barbotant légèrement dans l'eau, elle se demandait bien où l'homme de sa vie pouvait bien se trouver à cet instant précis quand elle entendit la porte de la chambre s'ouvrir. D'abord sur ses gardes, elle ressortit rapidement du bassin en attrapant une serviette qu'elle enroula autour de son corps mouillé et c'est d'un pas énergique qu'elle se rendit dans l'autre pièce, poussant un petit cri en voyant l'état dans lequel son aimé se trouvait. Ne prenant même pas la peine de poser la moindre question, elle se précipita à son chevet en l'entendant l'appeler, et elle vint tendrement lui caresser la joue du bout de ses doigts, comme pour le rassurer et lui montrer qu'elle était bien là. « Je suis là, Aleksander, je suis là. » Elle chuchota rapidement et avec frénésie, avec une inquiétude perceptible dans le fond de sa voix. Elle était paniquée face aux blessures du jeune homme – elle qui, pourtant, n'avait jamais eu peur du sang et de la mort. Continuant de lui caresser tendrement le visage, elle l'incita au silence avec douceur avant de poser ses lèvres chaudes sur les siennes pour lui offrir un long baiser fiévreux et amoureux, posant son front par la suite quelques secondes sur le sien. « Chut, ça va aller. Je vais m'occuper de toi, d'accord ? » Déposant de nouveau ses lèvres sur les siennes dans une douce pression, elle s'écarta légèrement pour observer de ses yeux perçant les blessures du jeune homme, et elle ne put retenir une grimace face à la gravité de celle-ci. Se redressant rapidement, elle se mit à courir en direction de la salle de bain pour faire chauffer de l'eau dans une bassine alors qu'elle revenait déjà en direction de la chambre à coucher pour se rendre face à une énorme armoire fermée à clefs. N'y allant pas par quatre chemin, elle donna plusieurs coups de poing dans celle-ci, jusqu'à ce qu'elle n'explose littéralement la porte et elle arracha les morceaux de bois pour atteindre ce qu'elle savait se trouver derrière. Regardant tour à tour plusieurs petites fioles qu'elle trouvait, elle en garda certaines dans sa main – en jetant d'autres qu'elle jugeait sans le moindre intérêt sur le sol. Aleksander devait l'ignorer mais Briséis était une spécialiste des soins magiques en tout genre et c'était probablement grâce à cela qu'elle allait pouvoir lui sauver la vie. Allant rapidement vers un autre coin de la pièce, elle prit un chaudron qu'elle déplaça jusqu'à la cheminé dans laquelle elle alluma un feu des plus ardents. Non seulement elle en avait besoin pour concocter quelques philtres de soin mais en plus de cela, il fallait absolument qu'elle réchauffe Aleksander. Jetant dans le récipient quelques unes des fioles qu'elle avait déjà en sa possession, elle revint rapidement en direction du général et l'aida à boire le contenu de l'une d'entre elle. Voyant qu'il avait du mal à avaler, elle prit elle-même la mixture dans sa bouche et se pencha en prenant les joues du blond entre ses mains pour l'embrasser, le forçant ainsi à boire la potion qu'elle faisait passer de sa bouche à la sienne, avant de venir déposer un baiser sur son front. « Cela atténuera un peu la douleur. » Elle chuchota, avant de se relever pour retourner dans la salle de bain et aller chercher la bassine d'eau qu'elle ramena dans la chambre avec elle en la portant avec une facilité déconcertante. La déposant juste à côté du lit, elle y trempa tout doucement une serviette en ne quittant pas Aleksander des yeux , sauf pour jeter de rapides coups d’œil à son chaudron. « Je vais commencer par nettoyer tes plaies. » Elle déposa alors tout doucement le tissu sur le torse du jeune homme d'une main alors que de l'autre, elle avait entrelacé ses doigts avec celui du slave. Elle voulait lui montrer qu'elle était là, qu'elle s'occupait de tout et qu'il allait aller bien. Elle voulait lui montrer qu'il n'était pas seul et qu'elle allait bien prendre soin de lui.

_________________
i will always find you
you were my new dream ✻ what can i say? the world has shown such ill-will to me. i'm commanded to live life, but without you. how ignorant they are, who say you are a stranger to me. how many wrongs we have been done, my love. but in my heart, the fire of love continues to burn for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noah Oswald
IT'S DRIVING ME CRAZY
avatar
IT'S DRIVING ME CRAZY




Feuille de personnage
ϟ RELATIONS :
ϟ PENSINE :
MessageSujet: Re: briseander + this isn’t happily ever after. it’s so much more than that. Mer 27 Aoû - 17:07


Jamais Aleksander ne s'était senti aussi mal et des blessures, il en avait connu. Déjà enfant, on lui apprenait l'art de la guerre et du combat. Il avait écopé d'un grand nombre de cicatrices en s'entraînant à se battre contre une ou plusieurs personnes. La douleur ne l'avait jamais effrayé mais cela ne rendait pas non plus les choses faciles. En ce moment, il avait l'impression que tout son corps avait été écrasé par un troupeau de trolls. Il était aussi furieux de rentrer ainsi. Il ne voulait pas inquiéter Briséis et il aurait préféré passer un autre moment en sa compagnie. Sentant à peine le bout des doigts de la jeune femme venir effleurer sa joue, il se contenait du mieux qu'il le pouvait. Il était inutile d'alarmer davantage la française qui devait sans doute se faire un sang d'encre. Et dire qu'il y a à peine plusieurs mois, elle aurait été ravie d'apprendre qu'il était blessé .. Tant de choses avaient changé en une fraction de secondes. Il avait fallut du temps pour qu'ils apprennent tout de l'autre et qu'ils se fassent confiance. Au fond, c'était comme si ils se connaissaient depuis toujours et qu'ils étaient destinés à se retrouver un jour ou l'autre. Le blond n'avait jamais cru à tout ce qu'on racontait sur les âmes soeurs mais il été revenu un petit peu sur son jugement au contact de Briséis. Elle était la seule et l'unique et il le savait désormais. Aleksander était ravi d'être directement venu à la jeune femme au lieu de se rendre à l’infirmerie. Il préférait nettement guérir à ses côtés plutôt qu'à ceux d'un savant fou qui aurait pris plaisir à le tripoter pour déterminer quelle côte était cassée. « Je suis là, Aleksander, je suis là. » Seulement quelques mots qui suffirent à le rassurer. Briséis lui avait manqué alors qu'il était à des kilomètres d'elle. Il n'avait pensé qu'à elle tout le temps. S'apprêtant à ouvrir la bouche pour lui répondre, cette dernière l'en empêcha en scellant ses lèvres d'un baiser. Profitant de ce contact afin d'apaiser un minimum la douleur, le slave ne trouva même pas la force de protester quand elle s'arracha à ses lèvres. « Chut, ça va aller. Je vais m'occuper de toi, d'accord ? » Il cligna des yeux pour lui montrer qu'il avait compris à défaut de pouvoir lui parler. Ravi de sentir à nouveau la pression de sa bouche contre la sienne, il resta néanmoins immobile quand celle-ci se recula afin de l'examiner d'un air critique. Le souffle court, il essayait de rester conscient pour ne rien manquer de ses retrouvailles avec Briséis. Elles n'étaient peut-être pas idéales mais il s'en contentait. Sa simple image faisait battre un peu plus fort son coeur. Regrettant amèrement de la voir disparaître dans la salle d'eau, il ferma les yeux un instant avant de les rouvrir dans un sursaut en entendant un fracas épouvantable. Cherchant la sorcière des yeux, il fut stupéfait de voir qu'elle avait littéralement éclaté une armoire fermée à clé. De plus en plus engourdi, il n'arriva même pas à se redresser. Préférant fermer les yeux alors que tout tournait autour de lui, il tressaillit légèrement en sentant Briséis presser ses lèvres contre les siennes afin de lui faire avaler une sorte de mixture. Avalant avec difficulté, Aleksander ouvrit les yeux au même moment où elle se penchait pour l'embrasser sur le front. « Cela atténuera un peu la douleur. » Prenant une grande respiration malgré la douleur, le norvégien allait essayer de murmurer quelques mots à Briséis quand celle-ci s'éloigna à nouveau. Tournant la tête vers le côté du lit, il observa en silence la jeune femme apporter une bassine d'eau. Devinant rapidement ses intentions, il sentit son coeur se serrer.  « Je vais commencer par nettoyer tes plaies. » Retenant presque son souffle en la voyant approcher un linge humidifié, Aleksander ne sut dire si cela lui faisait du bien ou non. Serrant la main de Briséis en retour, il prit son temps mais parvint à former quelques mots. « Tu .. m'as tant. Manqué » souffla-t-il avant de retrouver le silence. Il n'arrivait pas à occulter la douleur qu'il ressentait à chaque fois que sa poitrine se soulevait ou qu'il parlait. C'était insupportable. Le blond aurait sûrement été d'une humeur massacrante si Briséis n'avait pas été là. Celui qui se serait occupé de lui aurait été traumatisé.

_________________
found myself at your door
just like all those times before ✻ i'm not sure how i got there. all roads, they lead me here. i imagine you are home. in your room, all alone and you open your eyes into mine and everything feels better. right before your eyes i'm breaking. no past. no reasons why. just you and me. this is the last time i'm asking you this. put my name at the top of your list. this is the last time i'm asking you why. you break my heart in the blink of an eye. (necho)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo Laertiadis
YOU'RE LOSING YOU MEMORY NOW
avatar
YOU'RE LOSING YOU MEMORY NOW




Feuille de personnage
ϟ RELATIONS :
ϟ PENSINE :
MessageSujet: Re: briseander + this isn’t happily ever after. it’s so much more than that. Mer 27 Aoû - 17:08

love will find a way
There is never a time or place for true love. It happens accidentally, in a heartbeat, in a single flashing, throbbing moment. BRISEANDER, chapitre II



C'était exactement ce que Briséis avait craint en voyant le jeune homme partir loin d'elle. Elle avait eu peur pour lui et pour sa vie, peur qu'il soit blessé – ou pire encore, qu'il ne meurt. Et voilà qu'il lui revenait en mauvais état, si mauvais qu'elle n'osait pas imaginer ce qui avait bien pu lui arriver. La jolie française remerciait le ciel à cet instant précis d'avoir toujours eu des dons incroyables pour les arts médicinaux sinon nul doute qu'elle n'aurait pas pu sauver la vie de son cher et tendre. Elle s'occupait de lui avec une douceur toute nouvelle qu'il n'avait jamais du lui soupçonner jusqu'ici. Briséis se comportait souvent comme une sauvage que nul ne pouvait soumettre mais elle possédait également des facettes de sa personnalité plus tendres et maternelles – et ce, notamment avec ses proches. Elle était après tout une grande sœur et elle s'était occupée de son petit frère à la mort de leur ère. Ses lèvres s'arrondirent lentement en entendant le jeune homme et en sentant sa main serrer la sienne alors que déjà, elle se penchait vers son front pour y déposer un long baiser. Elle voulait l'apaiser, lui enlever toute sa souffrance. « Shhht, ne parle pas.  Mais sache que tu m'as manquée toi aussi.  Et maintenant, je vais m'occuper de toi. » Elle dit, en chuchotant, se reculant légèrement pour le regarder dans les yeux. Se relevant rapidement, elle alla chercher une potion avant de revenir dans sa direction pour l'aider à la boire sans qu'il n'en fasse tomber la moitié à côté. Lui caressant lentement les cheveux dans le processus, elle l'allongea un peu mieux sur le lit alors qu'elle calait confortablement les oreilles sous sa tête. « Tu vas dormir un peu grâce à ça, d'accord ? Quand tu te réveilleras, je me serai occupée de toi. Tu auras probablement toujours un peu mal mais au moins, le pire sera passé. » Venant frotter tout doucement son nez contre le sien avec amour, elle le regarda s'endormir sans lâcher sa main, pour lui montrer qu'elle était là avec lui et qu'elle ne comptait aller nul part sans lui. Se redressant une fois le jeune homme assoupi, elle entreprit de continuer à nettoyer ses plaies avant de les désinfecter et finalement, de les panser. Nul doute que cela lui ferait toujours mal à son réveil – ce genre de plaies prenant du temps à guérir – mais au moins, cela devrait être supportable. Regardant le visage pâle de son amant, elle ne put s'empêcher de penser qu'un peu de nourriture l'aiderait sûrement à aller mieux et elle se décida à aller en douce jusqu'aux cuisines du manoir pour lui ramener de la nourriture. C'était certes dangereux mais ce n'était pas la première fois qu'elle le faisait. Elle était persuadée que cela se passerait sans mal. Enfilant quelques habits appartenant au jeune homme, elle abaissa la cape sur son visage et elle quitta discrètement la pièce pour s'enfoncer dans les profondeurs du château. Faisant de son mieux pour passer le plus inaperçu possible, elle réussit à voler du pain, de la viande et quelques légumes – de quoi préparer une bonne soupe bien revigorante pour le norvégien. Revenant jusqu'aux appartements du blond, elle évita de peu son bras droit, remerciant ciel et terre que sa petite taille lui ait permis de se cacher sans peine derrière un rideau. Retournant dans la chambre qui était devenue la sienne, elle ferma la porte de celle-ci à clef et elle s'empara de tout ce qu'elle avait réussi à piquer pour préparer un bon repas à Aleksander. Briséis avait beau être issue d'une grande famille et de la haute noblesse, ce n'était pas pour autant qu'elle était incapable de cuisiner comme le commun des mortels.  Rallumant plus fortement le feu dans la cheminée alors qu'elle venait remonter les draps sur Aleksander pour pas qu'il n'attrape froid, elle retourna auprès du brasier pour préparer finalement un ragoût au général, histoire que celui-ci ait de quoi manger quand il se réveillerait. De dos à lui, elle était concentrée sur sa tâche et elle faisait de son mieux pour lui préparer quelque chose qui aurait bon goût. Elle n'était pas la meilleure cuisinière du monde c'était sûr mais elle se débrouillait tout de même pas trop mal, ayant l'habitude de cuisiner seule quand elle partait en vadrouilles avec ses dragons. Lentement mais sûrement, la pièce finit par s'emplir d'une douce et délicieuse odeur de viande grillée et de légumes dorés, la jolie sorcière penchée au dessus du chaudron dans lequel elle faisait tourner une énorme cuillère pour faire revenir sa préparation.

_________________
i will always find you
you were my new dream ✻ what can i say? the world has shown such ill-will to me. i'm commanded to live life, but without you. how ignorant they are, who say you are a stranger to me. how many wrongs we have been done, my love. but in my heart, the fire of love continues to burn for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noah Oswald
IT'S DRIVING ME CRAZY
avatar
IT'S DRIVING ME CRAZY




Feuille de personnage
ϟ RELATIONS :
ϟ PENSINE :
MessageSujet: Re: briseander + this isn’t happily ever after. it’s so much more than that. Mer 27 Aoû - 17:08


Du plus loin qu'il se souvienne, jamais Aleksander n'avait été aussi mal. Comme tous les enfants, il avait bien sûr écopé de quelques blessures, mais jamais rien de grave. Il avait aussi été malade mais Freya était si effrayée de perdre son cher fils et héritier qu'elle avait tout fait pour qu'elle n'ait jamais à s'inquiéter de le perdre. Aleksander avait du renoncer à certaines activités et à prendre des potions sensées améliorer sa condition physique pour rassurer sa chère mère. Rien de réellement comparable à ce qu'il vivait actuellement. Il était persuadé que si sa mère venait à savoir qu'il était dans un tel état, elle ne s'en remettrait pas. Le manoir Romanov se transformerait alors en enfer sur terre. Respirant difficilement, le simple fait de parler était insupportable. Aleksander n'en avait pourtant rien à faire. Briséis lui avait tellement manqué que la douleur ne l'effrayait pas - aussi horrible soit-elle. Essayant même de parler à nouveau à la jeune femme, cette dernière l'en empêcha en prenant à nouveau la parole. Cela ne l'étonnait absolument pas. Résigné, il fit la moue tandis que Briséis s'affairait autour de lui à une vitesse folle. Aleksander n'arrivait pas à déterminer si il hallucinait ou si elle était réellement aussi rapide. « Shhht, ne parle pas. Mais sache que tu m'as manquée toi aussi. Et maintenant, je vais m'occuper de toi. » Hochant à moitié la tête, le norvégien préféra fermer les yeux un moment. Cela lui permettait d'occulter pendant un instant la douleur. Plus il se concentrait, plus il arrivait à atténuer les émotions. C'était là une notion qu'on lui avait enseigné lorsqu'il était enfant. Le contrôle de soit était alors la première chose qu'on lui avait appris. Tandis que les enfants de son âge s'amusaient et piquaient des crises monstrueuses, Aleksander s'entraînait à être le plus impassible possible, que ce soit envers quelqu'un ou envers une émotion. Il avait d'ailleurs assimilé cela très vite et seule Briséis avait réussi à balayer tout cela en l'espace de quelques semaines. Sursautant en sentant un liquide se déverser dans sa bouche, il fut rassuré de sentir la main de la française caresser ses cheveux. Se laissant faire docilement, il grimaça en la sentant arranger le lit et les oreillers mais ne protesta pas. « Tu vas dormir un peu grâce à ça, d'accord ? Quand tu te réveilleras, je me serai occupée de toi. Tu auras probablement toujours un peu mal mais au moins, le pire sera passé. » Trouvant presque immédiatement le sommeil, Aleksander était toutefois toujours un peu conscient de ce qui l'entourait. Sentant le contact de la main de Briséis dans la sienne, le jeune homme en oublia toute appréhension. Somnolent, ses différentes plaies continuaient de le lancer. C'était la seule chose qui l'empêchait de s'endormir pleinement. Même après qu'elle ait terminé de panser ses blessures, Aleksander pouvait toujours sentir l'intensité de la douleur, comme si elle émettait des pulsations à travers tout son corps. De plus en plus éveillé à mesure que les effets de la potion se dissipaient, une douce odeur vint flatter ses narines. Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas eu un vrai repas. Même en qualité de général des armées de Durmstrang, le régime était pareil pour tout le monde. Aleksander ne pouvait se permettre de faire des différences et d'épuiser si facilement les stocks de nourriture. Ouvrant les yeux, il resta un moment immobile à observer l'image que les flammes renvoyaient sur le plafond et les murs. Se redressant avec difficulté, le blond émit un grognement de mécontentement avant d'être à moitié assis. Le dos appuyé contre des coussins, il put voir où son amante se trouvait et ce qu'elle faisait. « Ça sent extrêmement bon. » souffla-t-il, incertain qu'elle l'ait entendu tant il était faible. Évitant au maximum de se fatiguer et d'en faire trop, il essayait d'ignorer la douleur que ses côtes fêlées lui procuraient. Souriant de façon pitoyable, il observa la chambre avec plaisir. Cela faisait du bien de se retrouver dans un lieu si familier.  

_________________
found myself at your door
just like all those times before ✻ i'm not sure how i got there. all roads, they lead me here. i imagine you are home. in your room, all alone and you open your eyes into mine and everything feels better. right before your eyes i'm breaking. no past. no reasons why. just you and me. this is the last time i'm asking you this. put my name at the top of your list. this is the last time i'm asking you why. you break my heart in the blink of an eye. (necho)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo Laertiadis
YOU'RE LOSING YOU MEMORY NOW
avatar
YOU'RE LOSING YOU MEMORY NOW




Feuille de personnage
ϟ RELATIONS :
ϟ PENSINE :
MessageSujet: Re: briseander + this isn’t happily ever after. it’s so much more than that. Mer 27 Aoû - 17:10

love will find a way
There is never a time or place for true love. It happens accidentally, in a heartbeat, in a single flashing, throbbing moment. BRISEANDER, chapitre II



Briséis n'était certes pas la meilleure cuisinière du monde mais elle savait se débrouiller quand venait l'heure de préparer un petit plat pas trop dégoûtant à avaler. Jusqu'à présent en tout cas, elle n'avait jamais rien préparé qui ne soit immangeable et ce qui comptait aujourd'hui n'était pas tant le goût mais les forces qu'un tel ragoût pourrait rendre à Aleksander. Avec ses blessures et le dur combat qu'il avait du mener, il avait besoin de retrouver de l'énergie et rien de mieux pour cela que ce petit repas qu'elle était entrain de lui préparer personnellement. Elle aurait probablement pu se débrouiller pour piquer un plateau déjà prêt mais elle avait un gros doute quant à la qualité des mets préparés par les cuisiniers du château. Elle avait toujours trouvé les repas que lui avait ramené le général infects et dégoûtants – et il n'avait eu cesse de lui répondre qu'elle faisait sa fine bouche. Mais comment cela aurait-il pu en être autrement ? Elle venait d'un pays où la gastronomie faisait partie même de la culture et tout ce qui était dans son assiette devait donc avoir un goût irréprochable. Elle sursauta en entendant le jeune homme et elle se retourna en fronçant légèrement les sourcils. « Tu aurais du dormir plus. » Elle rouspéta un peu en se rapprochant de lui, venant lui caresser la joue du bout des doigts avant de déposer tendrement ses lèvres sur les siennes. Ces petits moments, ces tous simples gestes lui avaient manqué et elle était heureuse d'avoir retrouvé la compagnie du slave qui était resté loin d'elle bien trop longtemps. C'était tout bonnement hallucinant de voir à quel point elle avait pu s'attacher à lui au cours de ces quelques semaines. C'était comme s'il était devenue l'une des parties d'elle les plus importantes du monde entier et elle n'arrivait pas à imaginer son existence sans le blond désormais. Les sentiments qu'elle nourrissait à son égard ne faisaient que grandir jour après jour et elle ne pouvait désormais plus envisager de quitter ce château froid et austère sans lui. Déposant une nouvelle fois ses lèvres sur les siennes, en mordillant avec amusement celle du bas qu'elle tira légèrement dans sa propre direction, elle finit par se détacher du blond pour aller lui remplir un bol de son ragoût et le luit ramener avec une tranche de pain .S'asseyant tranquillement à côté de lui sur le bord du lit, elle plongea la cuillère dans la mixture avant de porter celle-ci aux lèvres du jeune homme. « J'espère que tu aimeras. » Elle dit, avec un sourire, le forçant à avaler avec douceur. Elle continua de le nourrir un petit moment en silence, se contentant des sons du battement de leurs cœurs à l'unisson et du crépitement du feu dans l'âtre de la cheminée. C'était presque apaisant et si le général n'avait pas été blessé au point de devoir resté alité, nul doute que Briséis aurait pu apprécier ce moment à sa juste mesure. « Tu n'as pas intérêt à mourir. » Elle dit soudainement, sans signe avant-coureur alors qu'elle reposait lentement la cuillère dans le bol à moitié plein, dardant de son regard de braise le blessé. Elle était si sérieuse à cet instant précis qu'elle en était presque terrifiante. Elle ne ressemblait plus à l'amante mais à la guerrière qui menaçait, qui mettait en garde contre un comportement qu'elle ne pouvait pas tolérer. Non, elle n'accepterait jamais de perdre Aleksander. Ils pouvaient être ennemis, la guerre pouvait faire rage mais jamais, ô grand jamais, elle ne tolérerait que quiconque ne lui enlève le jeune homme – et celui-ci avait plutôt intérêt à le comprendre. Reposant le bol sur la table de chevet, elle prit délicatement mais fermement son visage et le rapprocha du sien pour le regarder dans le blanc des yeux. Il ne pouvait plus détourner le regard désormais. « Tu m'as bien comprise ? Je t'interdis de mourir. » Au moins, les choses étaient claires et nettes désormais et Aleksander savait ce qu'il devait ou ne devait pas faire pour satisfaire sa dame. Déposant alors ses lèvres une nouvelle fois sur les siennes, c'est avec ardeur et envie qu'elle les embrassa, comme si elle avait peur de ne plus jamais pouvoir le faire.  

_________________
i will always find you
you were my new dream ✻ what can i say? the world has shown such ill-will to me. i'm commanded to live life, but without you. how ignorant they are, who say you are a stranger to me. how many wrongs we have been done, my love. but in my heart, the fire of love continues to burn for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noah Oswald
IT'S DRIVING ME CRAZY
avatar
IT'S DRIVING ME CRAZY




Feuille de personnage
ϟ RELATIONS :
ϟ PENSINE :
MessageSujet: Re: briseander + this isn’t happily ever after. it’s so much more than that. Dim 7 Sep - 19:20

Aleksander n'avait pas l'habitude qu'on s'occupe de lui de cette manière. Il n'aurait pas vraiment été traité différemment s'il avait été à l'infirmerie mais Briséis y mettait de l'amour et cela changeait absolument tout. Depuis qu'il était enfant, Sofia avait été la seule à se préoccuper de lui et à l'aimer. La grande Freya Romanov ne s'inquiétait que lorsque la vie de ses enfants était en danger. Elle devait déjà s'être suffisamment renseignée pour savoir si son cher général des armées de Durmstrang était toujours vivant. Comme ses jours n'étaient pas vraiment en danger officiellement, il n'y avait donc aucune raison pour qu'elle se déplace jusqu'au chevet de son fils. C'était inutile à ses yeux et Aleksander s'y était habitué depuis des années déjà. Il savait qu'il ne recevrait jamais d'amour de la part de sa mère qui n'avait aucune notion de l'instinct maternel. Seules ses ambitions comptaient. Au fond, il avait même pensé que si un jour il épousait une femme par mariage arrangé, ce serait la même chose. Il n'était pas idiot et savait que toute la gent féminine du manoir cherchait à mettre la main sur lui, non pas pour vivre le grand amour mais pour gravir les échelons de la vie sociale. Alors oui, être soigné par celle qu'il aimait et qui l'aimait en retour était un véritable changement dans la vie du bulgare qui ne réalisait toujours pas la chance qu'il avait. « Tu aurais du dormir plus. » Esquissant un sourire qui se voulait tout sauf désolé, Aleksander fit de son mieux pour voir la jeune femme qui ne tarda pas à se retourner vers lui. Toujours aussi souriant, il le fut davantage quand celle-ci lui caressa la joue du bout des doigts et déposa un baiser sur ses lèvres. Des gestes tout à fait anodins qui lui avaient manqué durant sa longue absence du manoir. Chaque jour, il avait regretté de ne pas être aux côtés de Briséis. Tout leur quotidien lui avait manqué, des disputes aux moments de complicité. Il n'avait réalisé l'importance de la française dans sa vie qu'en s'éloignant d'elle. Rendant véridique le dicton qui disait qu'on ne se rendait compte de l'importance d'une chose que lorsqu'on la perdait. Si au début, cela l'avait grandement effrayé, il avait finit par accepter l'importance de Briséis dans sa vie. Même si cela lui coûtait de la garder cachée dans ses appartements, il ne pouvait pas faire autrement. Tout le monde la croyait déjà morte même si Aleksander n'avait jamais affirmé que c'était le cas. Il devait donc être encore plus détesté des ennemis de Durmstrang avec cette "mort" qui lui était attribuée. Grimaçant en la voyant s'éloigner de lui pour s'enquérir d'un bol de ragoût et d'un morceau de pain, il suivit du regard Briséis avec un intérêt certain. Cela faisait un grand nombre de semaines qu'il n'avait pas mangé un vrai repas. Malgré son statut, il refusait d'être traité différemment de ses troupes. Ainsi, il mangeait la même quantité de nourriture que ses hommes. Regardant la jeune femme plonger une cuillère dans le récipient, il fit à peine attention à ses paroles tant la faim le tenaillait. « J'espère que tu aimeras. » Avalant avec difficulté la bouchée de ragoût, il hocha la tête en signe d'approbation. C'était tout simplement délicieux et cela changeait beaucoup de la cuisine qu'ils servaient à Durmstrang. Restant comme Briséis silencieux, il apprécia à sa juste valeur le reste du plat chaud que son amante lui servait. Profitant aussi du moment et de la présence de cette dernière, il aurait très bien pu s'endormir à cet instant. Néanmoins la prise de parole subite de Briséis lui fit changer d'avis. « Tu n'as pas intérêt à mourir. » Plongeant ses yeux bleus dans ceux de la française, Aleksander eut le coeur serré à la vision de la jeune femme qui parlait sérieusement. Il avait finit par apprendre à la connaître au fil du temps et il savait qu'elle pensait ce qu'elle disait. Avant, il se serait énervé mais il avait changé. Le norvégien savait que Briséis avait peur de le perdre même si elle ne le montrait pas toujours. Cherchant les mots appropriés, il n'opposa aucune résistance quand elle prit son visage entre ses mains afin de le rapprocher du sien. Regardant Briséis d'un air calme mais attentif, Aleksander sentit son coeur se serrer davantage. Il était conscient qu'il avait du effrayer la française en revenait ainsi et il s'en voulait lui aussi d'avoir laisser des ennemis l'atteindre. « Tu m'as bien comprise ? Je t'interdis de mourir. » Levant une de ses mains en direction du visage de la jeune femme, il caressa timidement la joue gauche de celle-ci. Souriant légèrement, il eut le souffle coupé quand elle apposa ses lèvres contre les siennes avec envie. Même si il avait envie de fêter leurs retrouvailles, il n'en oubliait pas moins ses blessures et la douleur. Inutile de se penser immortel, surtout avec Briséis. Reculant doucement son visage de celui de la française, Aleksander caressa de manière plus poussée la joue de la jeune femme. « Je te le promets. » murmura-t-il en essayant de croire en ses propres paroles. Il voulait penser qu'ils sortiraient de la guerre sains et saufs. La vision de leur futur commun et heureux était un rêve fréquent mais naïf. Le norvégien n'était pas dupe et savait qu'il y avait peu de chances qu'ils survivent tous les deux. Faisant pourtant fi de cela, il offrit un sourire confiant à Briséis. « Et toi, promets moi de vivre, quoiqu'il arrive. » En faisant ce choix de mots, il restait bien vague quant à ce qu'il pensait et ce qu'il voulait. Au fond, le blond souhaitait que la jeune femme continue de vivre, que ce soit avec ou sans lui. Cela lui brisait le coeur mais il fallait s'attendre à tout en temps de guerre.

_________________
found myself at your door
just like all those times before ✻ i'm not sure how i got there. all roads, they lead me here. i imagine you are home. in your room, all alone and you open your eyes into mine and everything feels better. right before your eyes i'm breaking. no past. no reasons why. just you and me. this is the last time i'm asking you this. put my name at the top of your list. this is the last time i'm asking you why. you break my heart in the blink of an eye. (necho)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo Laertiadis
YOU'RE LOSING YOU MEMORY NOW
avatar
YOU'RE LOSING YOU MEMORY NOW




Feuille de personnage
ϟ RELATIONS :
ϟ PENSINE :
MessageSujet: Re: briseander + this isn’t happily ever after. it’s so much more than that. Dim 14 Sep - 17:20

love will find a way
There is never a time or place for true love. It happens accidentally, in a heartbeat, in a single flashing, throbbing moment. BRISEANDER, chapitre II



Depuis qu'elle était petite, la jolie française avait appris à s'occuper des autres et de leurs blessures. Ce n'était cependant pas une lubie de sa part : les dragonniers devaient tous apprendre à devenir d'aussi bons guérisseurs que guerriers pour pouvoir se soigner en cas de besoin. En tant qu’héritière, Briséis avait toujours fait de son mieux pour être à la hauteur des attentes de son géniteur. La jeune fille n'était pas du genre à reculer face à l'adversité et elle avait donc toujours fait de son mieux pour être la meilleure dans absolument tous les domaines. Elle n'avait pas passé un seul de ses jours sans s’entraîner et pratiquer la magie et visiblement, c'était une belle chose car cela lui permettait aujourd'hui de prendre soin de l'homme qu'elle aimait. Bien sûr, elle s'était déjà personnellement occupée de plusieurs soldats de Poudlard et elle avait transmis son savoir à d'autres – et notamment, à la sœur du général elle-même – mais c'était différent. Aujourd'hui ses talents pour la médecine sorcière lui permettait de sauver la vie de son amant et elle était reconnaissante aux siens de l'avoir poussée à étudier ce domaine de compétences si souvent négligé. Une fois qu'elle eut finit de stabiliser l'état du blond, elle prit sur elle de le nourrir pour lui redonner des forces. Bien que le slave ne manquait pas de caractère et de détermination, il ne pourrait jamais se remettre l'estomac vide. La vérité était qu'elle même n'avait pas énormément mangé en l'absence de son amant. Elle n'en avait pas le cœur, bien trop inquiète à son sujet pour avaler quoi que ce soit. C'était plus fort qu'elle : elle ne pouvait s'empêcher de craindre pour sa vie – en faisant même des cauchemars. Aleksander était au cœur de ses pensées et de ses préoccupations et elle était plus qu'heureuse de le voir lui revenir ce jour-ci, même si elle aurait préféré que cela soit dans un meilleur état. Elle ne put que sourire tendrement à la timidité de celui-ci quand ses doigts vinrent effleurer sa joue. C'était comme s'il avait parfois la sensation que toute leur histoire était trop belle pour être réelle, comme s'il craignait qu'elle puisse encore le repousser. Mais non. Briséis ne ferait jamais une telle chose. Certes, elle ne lui avait jamais dit concrètement qu'elle l'aimait – pas encore – mais elle tentait de le lui montrait chaque fois qu'ils étaient ensemble. C'était eux contre le reste du monde. Et si jamais elle ne tournerait son dos à son camp, si jamais elle ne cesserait de se battre contre Durmstrang, elle protégerait Aleksander au péril de sa vie. Il était l'exception. Il était son âme sœur. « Si tu reviens sur ta promesse, je te ramènerai à la vie juste pour t'étriper une nouvelle fois, tu es prévenu. » Elle le mit sévèrement en garde, le feu incandescent de l'enfer brûlant tout au fond de ses prunelles d'or et de saphir. Elle ne rigolait pas et elle aurait capable de traverser le monde souterrain pour le retrouver et lui foutre la pire déculottée de toute sa vie – ou dans ce cas précis, de toute sa mort. Tournant légèrement la tête pour venir embrasser un à un chacun de ses doigts, elle le regarda avec méfiance du coin de l’œil – tel l'animal sauvage qu'elle restait toujours. Certes, Briséis n'était probablement pas aussi manipulatrice et rusée que le norvégien mais ce n'était pas pour autant qu'elle ne voyait pas clair dans son jeu. Et s'il pensait vraiment l'avoir avec ça, il était mal barré. « Je te promets que je resterai en vie quoiqu'il advienne aussi longtemps que je resterai entre ces murs. » Elle chuchota tout doucement en venant effleurer de ses lèvres son menton qu'elle finit par mâchouiller de ses petites dents pour l'embêter un peu alors qu'elle remontait le drap sur lui. Bien qu'il souhaitait faire les gros bras, il restait grièvement blessé et il avait besoin de repos au risque de rechuter plus tard. Elle aussi voulait passer du temps avec lui mais elle prendrait son mal en patience et elle attendrait qu'il soit dans un meilleur état. « Maintenant, dors. Je te promets de rester avec toi, je ne bouge pas d'ici. » Elle sourit tout doucement alors qu'elle venait s'allonger à cotée de lui, posant sa tête sur sa main pour le regarder tendrement. Elle allait veiller sur lui pendant toute sa convalescence et il pouvait compter sur elle pour le protéger pendant son sommeil. Non, elle ne bougerait pas. Elle le regarderait dormir. Elle n'avait pas besoin de plus que ça pour être complètement heureuse. Il lui suffisait. Amplement.

_________________
i will always find you
you were my new dream ✻ what can i say? the world has shown such ill-will to me. i'm commanded to live life, but without you. how ignorant they are, who say you are a stranger to me. how many wrongs we have been done, my love. but in my heart, the fire of love continues to burn for you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: briseander + this isn’t happily ever after. it’s so much more than that.

Revenir en haut Aller en bas

briseander + this isn’t happily ever after. it’s so much more than that.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Série des Happily ever after d'Eloisa James
» # 4.12 # Happily Never After
» Ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants
» Zalina ♥They lived happily ever after♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AMORTENTIA ::  :: le retourneur de temps-