AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
BIENVENUE SUR AMORTENTIA nous espérons que vous vous plairez en notre compagnie - n'hésitez pas à mpotter un membre du staff si vous êtes perdu(e) Si vous souhaitez donner un petit coup de pouce au forum, ça serait adorable de laisser un message trop chou dans notre pub bazzart ! Bonne journée les loulous

Partagez|

WE ARE TURNING INTO DUST, PLAYING HOUSE WITH THE RUINS OF US.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Achille di Fazio
PAR LE SACRO-SAINT POUVOIR DE MON PENIS
avatar
PAR LE SACRO-SAINT POUVOIR DE MON PENIS

http://31.media.tumblr.com/tumblr_lrbwekQOK81r24xn8o1_500.gif


Feuille de personnage
ϟ RELATIONS :
ϟ PENSINE :
MessageSujet: WE ARE TURNING INTO DUST, PLAYING HOUSE WITH THE RUINS OF US. Sam 13 Sep - 14:23


~~~
let me hold you, for the last time,
it's the last chance to feel again.
but you broke me, now i can't feel anything.
when i love you, it's so untrue,
i can't even convince myself.
when i'm speaking, it's the voice of someone else.

© tumblrbroken strings, @james morrison.


Tu pénétras avec bonheur au sein du Jolly Imp, te réfugiant ainsi loin de l'influence de cette pluie diabolique qui sévissait sur Londres depuis quelques jours. Impossible de faire un pas sans te retrouver trempé. Même les sorts commençaient à faiblir, sous l'assaut permanent des éléments extérieurs. Toi qui étais du genre à ne pas rester chez toi plus que le temps nécessaire, tu avais passé ces dernières quarante huit heures enfermé, à regarder la pluie s'écraser sur tes carreaux et les bouteilles en tout genre s'entasser dans un coin de ta garçonnière. Cela faisait désormais plus d'une semaine que tu te promettais de remettre de l'ordre dans ton appartement. Mais, en grand courageux que tu étais, tu préférais toujours tout remettre au lendemain. Tant et si bien que le désordre avait désormais complètement gagné ton chez toi. Il fallait dire que tu n'avais réalisé qu'une fois emménagé que tu n'avais jamais rangé une seule chose de toute ta vie. Dans la demeure familiale, il y avait les domestiques et, à Poudlard, les elfes de maison ainsi que les esclaves en tout genre que tu avais adopté. Autant dire que donner de ta personne pour garder un endroit propre était un concept totalement nouveau pour toi. Et, incompréhensible, d'ailleurs. Tant et si bien que tu finissais par déléguer ces tâches à certains inconditionnels du batteur de l'équipe d'Angleterre que tu étais. Les fans étaient prêts à tout pour n'avoir ne serait-ce qu'une infime part de toi. « Je vais nous chercher des places, tu n'as qu'à aller commander. » Tu acquiesças aux paroles de Noah Oswald, ce grand dadet qui te servait de capitaine et de meilleur ami avant de te diriger en direction du bar. Votre amitié remontait à des années, désormais. Une amitié durable et solide. Même si vous n'étiez pratiquement jamais d'accord sur rien. Sortir allait te faire le plus grand bien, tu ne pouvais décemment pas passer une journée de plus chez toi. Pas toi, pas le Achille qui adorait tant faire la fête. De plus, tu comptais bien combler ta solitude en ramenant chez toi une délicieuse créature. Qui pourrait peut-être même donner un coup de baguette à ton appartement. Deux en un. Tu saluas plusieurs connaissances, laissant renaître ce sourire sur ton visage qui avait quelque peu disparu, ces derniers temps. Il fallait dire que ta vie avait pris un tournant plutôt tragique, lors de ces derniers mois. Et que cette tendance n'était absolument pas pour s'améliorer. Tu allais devoir subir les foudres du Destin pendant encore un petit moment. Tes parents devaient juger que c'était tout ce que tu méritais, toi l'amoureux de la luxure et de l'oisiveté. Tu étais une telle déception, à leurs yeux, que cela te donnait presque envie de rire. Tu étais un modèle pour la moitié du pays. Un fantasme pour les femmes. Qu'aurais-tu pu demander de plus ? La chance t'avait gâté et ils étaient tout bonnement jaloux. Jaloux d'être si peu intéressant. A force de se créer un masque de société, ils avaient fini par se transformer en coquille vide. Et, ne voulant pas les laisser te transformer à ton tour, tu avais tout simplement pris ton envol. Avant de rencontrer des vents contraires qui freinaient ton ascension. Et ces vents portaient les délicieux noms d'Ulysse, Anthéa et Ciaràn. Mais tu allais te venger, tu l'avais juré. Tu ne laisserais pas toutes ces trahisons impunies. Ton ego démesuré en était tout bonnement incapable. « Cinq whisky pur feu, double dose ! Fis-tu en arrivant au bar, claquant par la même occasion du poing afin de te faire entendre. »  Tu ne t'adressais à personne en particulier. Mais, si la première personne à se présenter pour satisfaire tes désirs était une jolie créature, tu n'allais décemment pas te plaindre. A force de ne croiser si Anthéa, ni Ciaràn au Jolly Imp, tu avais fini par oublier qu'ils y travaillaient tout les deux. Ces deux traîtres. Tu n'arrivais toujours à digérer la nouvelle. Et cette simple pensée réveilla en toi des élans de colère insoupçonnés. C'était plus que courant, ces derniers temps. Tu étais perpétuellement en colère. Prêt à frapper tout ce qui osait te contredire. Et puis, il y avait des drôles de rêves … Tu fermas les yeux, serras les dents, l'espace d'un instant. Tu étais ici pour t'amuser, tu ne pouvais pas laisser cette noirceur s'infiltrer en toi. Tu devais la combattre, de tout ton cœur. Rouvrant les yeux, tu eus le déplaisir de découvrir une silhouette douloureusement familière en face de toi. Des yeux de biches. Un visage d'ange. De longs cheveux noirs. Anthéa Bellerose. Ton seul amour. La fille qui t'avait brisé le cœur. « Et bien alors, tu comptes me servir ou m'admirer ? Ou bien t'envoyer en l'air avec l'un de mes amis ? Noah est assis là-bas, au fond, si ça t'intéresse. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anthéa Bellerose
IT'S DRIVING ME CRAZY
avatar
IT'S DRIVING ME CRAZY



MessageSujet: Re: WE ARE TURNING INTO DUST, PLAYING HOUSE WITH THE RUINS OF US. Mer 24 Sep - 9:28

Le travail était définitivement la chose la plus constante dans ta vie en ce moment. Rien d'autre ne semblait vraiment stable et si tu étais sujette à des écarts de conduites de temps à autres, tu te présentais toujours à l'heure que ce soit au Ministère de la Magie ou au Jolly Imp. Peu importait ta situation personnelle, tu avais bossé dur pour ta formation comme pour ton travail et tu n'étais pas, plus, prête à remettre ça en jeu. Tu  n'étais plus une gamine de dix-sept, capable de tout foutre en l'air pour un oui ou pour un non. Et puis avoir quelque chose de stable dans ta vie, quelque part ça avait le don de te calmer, de te rassurer, le Ministère tout comme le pub n'avait l'intention d'aller nul par, pas comme les personnes volages avec qui tu partageais ta vie. « Cinq whisky pur feu, double dose ! » Le bar trembla presque lorsque le point du client s'abattit sans la moindre gêne dessus. Encore un mal-élevé qui prend les serveurs pour ses esclaves pensais-tu. Ce genre de personne était toujours les dernières à être servies et pour les pires d'entre eux, leurs boissons avaient bien souvent droit à un petit ingrédient surprise. Tu finis de servir une jolie brune, avant de te retourner pour remettre le client doucement à sa place. Un "s'il te plaît" n'aurait déjà pas fait de mal pour commencer, même si pour tout dire tu aurais sûrement sourciller devant le tutoiement. C'était quelque part se moquer du monde que de réagir aussi fougueusement à l'impolitesse d'autrui quand toi-même tu pouvais difficilement être qualifiée de de modèle d'éducation, mais tu détestais ce penchant qu'avait les gens - ou autant dire surtout les hommes - à dénigrer les métiers de la nuit. Tes yeux rencontrèrent néanmoins un visage bien trop connu et tu fus coupée dans ton élan, restant un instant sans voix. Une première pour toi. Ton instinct premier fut presque de tourner le dos au jeune homme et d'aller t'occuper des autres clients qui étaient venu eux-même chercher leur consommation, mais quelque chose te retint. L'envie de ne pas le laisser gagner peut-être. Il avait du culot de se montrer ici. Depuis que tu avais claqué la porte et mis fin à votre relation, il y avait eu comme une espèce de règle implicite interdisant à Achille de venir au Jolly Imp - ou du moins dans ton esprit c'était le cas. C'était ton territoire après tout et il le savait pertinemment. Et si vraiment il n'avait pas meilleur endroit où aller, il pouvait au moins avoir la décence de ne pas se présenter pendant tes heures de travail. Tu n'étais pas censée refuser de servir des clients, sauf s'ils étaient déjà trop éméchés, mais ce n'était pas l'envie qui te manquait à ce moment-là de renvoyer ton ex-petit-ami à sa juste place, à savoir dehors avec les ordures. Ta seule petite consolation consistait au fait qu'il semblait au moins aussi déstabilisé que toi de se retrouver face à face. Bien sûr ce fut vite effacé par ses commentaires des plus malvenus. « Et bien alors, tu comptes me servir ou m'admirer ? Ou bien t'envoyer en l'air avec l'un de mes amis ? Noah est assis là-bas, au fond, si ça t'intéresse. » Tu vis rouge. Non seulement il osait venir ici, mais en plus il te faisait la morale, comme s'il était bien placé pour parler. Tu ne relevas même pas l'accusation derrière ses propos, grinçant simplement des dents devant son ton. Si tu n'avais pas eu un minimum de contrôle de soi, tu l'aurais probablement déjà frappé. Mais la barmaid qui démarre une bagarre de pub, n'était pas forcément très bon pour l'emploi de la-dite barmaid. Et cet emploi tu y tenais. « Tu dois me confondre avec une de tes groupies sans cerveau, j'ai pas que ça à faire de mater une enflure égocentrique. » Ce côté de sa personnalité te marquait de plus en plus. Après une rupture, on ne voyait toujours plus que les mauvais côtés de la personne. Et autant dire que dans ce cas-ci, tu avais du mal à savoir où donner de la tête tant il y en avait.  Tu fis un signe de tête vers Noah. « Ah ? Peut-être que je vais aller le voir alors, il peut pas être pire que toi de toute façon. » Tu n'avais toujours pas bougé, ni attrapé de verre pour faire mine de commencer à le servir. N'importe quel client qui aurait-osé ne serait-ce qu'employer un tel ton avec toi, aurait vite fait de comprendre que si on voulait se faire service avec un verre plutôt qu'en recevant sa consommation directement en pleine figure, il valait mieux montrer un certain respect à la barmaid. « On sert pas les connards ici, pourquoi tu dégages pas ton petit cul de pseudo-célébrité dans un autre bar ? Tu pourras peut-être y ramasser une blondasse qui te fera sentir un peu moins con. » Les blondes n'avaient pas ta sympathie en ce moment, inutile de préciser pourquoi. C'était injuste quelque part, mais même une passionnée de justice comme toi ne pouvait rien faire contre ce genre de rancœur irraisonnable. Malgré ce que tu venais de lui lancer, tu doutais que lui-même se sente vraiment con. Il avait de quoi bien sûr, mais il devait y être complètement indifférent, trop aveuglé par son amour de soi et son idée inébranlable qu'il n'avait jamais, ne faisait pas et ne ferait jamais rien de mal.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

WE ARE TURNING INTO DUST, PLAYING HOUSE WITH THE RUINS OF US.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» House vs. God: House wins!
» Célia and flowers [Ange Ai Uri Custom House]Bas p.n°2
» Mes dessins (Dr House, Michael Jackson)
» ETA et modifications "in-house"...
» The House Of David Duchovny = HoDD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AMORTENTIA ::  :: quartier de wizzandle :: the jolly imp-